Une nouvelle politique d’achats durables

Déjà, nous constatons les effets du changement climatique qui engendrent des phénomènes de rareté et donc d’inflation sur certaines matières premières agricoles…

Les modes de production et de consommation alimentaires ont des impacts forts sur l’environnement, la biodiversité et sur les hommes.

Déjà, nous constatons les effets du changement climatique qui engendrent des phénomènes de rareté et donc d’inflation sur certaines matières premières agricoles. De son côté, le législateur français a renforcé son action, pour rendre la chaîne de valeur alimentaire plus saine, sûre et durable pour tous, afin également d’accélérer le passage d’une économie linéaire à des modèles circulaires (loi EGalim, 2018, loi Agec, 2020, loi Climat et Résilience, 2021).

Compass Group France a réalisé un bilan carbone de ses activités pour mesurer très précisément les impacts et piloter notre feuille de route opérationnelle. 86% de nos émissions viennent de nos approvisionnements de matières premières alimentaires. Nos achats constituent un formidable levier d’action. Fortes de relations de confiance avec les filières et les producteurs, les marques de Compass Group France font le choix de s’engager dans une politique d’achats durables, 60 % de produits seront ainsi issus d’une agriculture régénératrice d’ici 2030, au-delà des attentes règlementaires.

Issu du terrain et ayant été au plus près de nos clients et prospects pendant 10 ans, nous avons récemment nommé Edouard Albertini au poste de Directeur Achats & Logistique pour porter cette feuille de route, en lien étroit avec nos équipes et nos partenaires. Il sera entouré d’une équipe de 45 collaborateurs dans cette mission.

Les achats au service de la transformation de notre modèle

Transformer nos volumes d’achats en levier d’action à impact positif s’inscrit dans notre trajectoire vers le net zéro. Edouard Albertini témoigne des enjeux de sa feuille de route :
« Les achats du Groupe, par des décisions fortes, vont avoir un poids central dans la trajectoire net zéro que nous nous sommes fixée. Cela se fera bien entendu dans le respect du rythme et de l’influence de la règlementation EGalim et de la loi Climat et résilience. Mais surtout en collaboration étroite avec nos clients, en fonction de leurs enjeux et de leur rythme de déploiement. L’impact résidera donc dans les choix de consommation que feront nos clients et convives. Cela signifie concrètement que nos équipes sur le terrain vont avoir besoin de s’appuyer sur des éléments précis et mesurables pour éclairer nos clients dans la compréhension des options possibles pour ‘décarboner leurs menus’».

edouard albertini


Les partis-pris stratégiques portés par l’équipe Achats dans la poursuite de l’objectif de réduction des émissions carbone du Groupe sont les suivants :
EA. ‘’Pour l’ensemble des marques du Groupe nous avons décidé la mise en place de gammes 100% locales et de gammes 100% bio sur certains produits. Parce que l’impact carbone du transport pèse également, nous faisons le choix de l’arrêt du grand import pour nous concentrer sur des produits français principalement. Un autre levier retenu est de basculer à 100% en viande française, avec progressivement une baisse de la part de viande rouge. Le bon sens nous amène à nous concentrer sur des produits frais de saison uniquement. En non-alimentaire, nous venons de signer un contrat en électricité 100% renouvelable d’origine française et enfin nous allons passer à 100% de packagings responsables.’’

Pour déployer cette stratégie, les équipes Achats du Groupe travaillent activement à développer – pour chaque ligne de produits – des alternatives responsables afin de répondre aux enjeux règlementaires EGalim chaque fois qu’ils sont demandés par nos clients, quelle que soit la région ou le segment. Et pour accélérer la transition des producteurs locaux vers des pratiques et labels durables, elles réalisent un travail de pédagogie et d’accompagnement pour s’assurer de leur capacité à délivrer les volumes d’achats attendus par nos clients :
EA. “Dans notre relation aux producteurs, c’est une force d’être un acteur important cela donne des perspectives en termes de volume, de durée et d’accompagnement. En les référençant nous nous engageons sur une rémunération juste et sécurisante pour eux, en échange nous leur demandons de basculer vers des méthodes plus durables en avançant vers des labélisations. »

Cette stratégie s’appuiera sur une organisation des Achats plus locale :
EA. « Ce nouveau pilotage des achats nécessite, d’un point de vue organisationnel, une présence locale renforcée qui permettra également de systématiser l’inclusion d’acteurs de l’économie sociale et solidaire ancrés dans les territoires dans nos réflexes d’achats. »

La transformation de notre secteur : une responsabilité collective

Par notre stratégie d’Achats, nous voulons impulser une direction pour notre filière, du champ à l’assiette. Notre ambition, inscrite dans notre PACTE, est de contribuer à créer un modèle porteur de sens ancré dans des pratiques vertueuses pour ceux qui produisent, autant que de contribuer à la réduction de l’impact des activités de nos clients. Nous savons aussi la responsabilité commune que nous portons à promouvoir auprès de nos collaborateurs, auprès de nos convives et de leurs familles, une alimentation plus saine et durable.

Mais nos achats seuls ne peuvent pas tout transformer, comme l’explique Edouard Albertini : « Nos achats sont au centre, ils doivent permettre le dialogue entre les producteurs et nos clients, pour réussir collectivement la transition. Pour y parvenir, nos équipes devront faire preuve de pédagogie auprès de nos interlocuteurs : producteurs, clients, convives ». Il est certain que pour accélérer cette transition, nous avons besoin de nous appuyer sur le collectif de confiance que nous formons avec l’ensemble de nos parties-prenantes, nos équipes seront donc à leurs côtés pour leur expliquer notre PACTE. Pour Restaurer Demain.